La Thailande historique et culturelle se résume clairement en quelques mots, c'est un pays où les habitants vivent paisiblement

Présentation de la thailande historique et culturelle

Présentation de la thailande historique et culturelle
Rate this post

La Thaïlande est un pays agréable et facile à vivre

Thailande historique et culturelle

La Thailande historique et culturelle se résume clairement en quelques mots, c’est un pays où les habitants vivent  paisiblement, et vous accueillent d’un sourire généreux, dans la plus part des situations. Pour peu que vous sachiez leur démontrer l’intérêt que vous portez à leur pays et à leur coutumes et traditions, et que vous fassiez preuve d’un peu de curiosité, et d’humour, vous passerez un séjours très agréable à leur coté. L’histoire du Royaume et de son peuple est passionnante. Géographiquement, la Thaïlande est située en Asie du sud-Est, elle est incontestablement la plus bouddhiste des nations de cette partie du monde. Ses frontières sont communes avec la Birmanie (Myanmar), la Malaisie, le Cambodge et le Laos. Sa superficie s’étend sur près de 515 000 km². Son plus haut sommet est le Doi Inthanon (2 595 m), et ses côtes s’étendent sur plus de 3 200 km.

Informations générales

– Fuseau horaire : GMT +7.
– Vous le savez déjà : sa Capitale est Bangkok.
– La langue officielle est le thaï, et parfois un anglais approximatif.
– Le pays du sourire compte environ 95% de bouddhistes théravada, c’est la religion officielle.
– La monnaie est le Baht.
– L’État thaïlandais est une “Monarchie constitutionnelle à régime parlementaire”. Le chef de l’État est le Roi RAMA X depuis le 1er décembre 2016. Il a succédé à son père le Roi RAMA IX (décédé le 13 octobre 2016). Le Chef du gouvernement est le Premier Ministre.

Pour séjourner sur le territoire thaïlandais, vous devez être en possession d’un passeport valable 6 mois après la date de retour du voyage. Aucun visa n’est exigé pour un séjour de – de 30 jours. A votre arrivée, les services de l’immigration de l’aéroport vous accorderont une autorisation de séjourner dans le pays (de – de 30jours), que vous pourrez prolonger sur place, pour une durée équivalente,  en sollicitant une autorisation de séjourner supplémentaire – Il ne s’agit pas d’un visa mais d’une autorisation de séjourner – de 30 jours). Au delà, il vous faut impérativement un visa pour séjourner en Thaïlande ( un Visa touristique de 60 jours disponible à l’ambassade Royale de Thaïlande.

A ne pas manquer:

La dynastie Chakri

La Thaïlande et le bouddhisme theravada

Bouddhisme theravada et symbolisme

Les festivités se succèdent tout au long de l’année en Thailande

Le peuple thaïlandais attache une énorme importance aux fêtes et aux cérémonies. Certaines fêtes , comme Loy Krathong, remontent au 13ème siècle. Songkran, célèbre la nouvelle année bouddhiste. La Thailande historique et culturelle organise de nombreux nouveaux festivals, qui voient le jour chaque année, au nom du sacro saint divertissement (sanuk).  Toutes les occasions sont bonnes pour s’assurer un meilleur karma. Pratiquement toutes les dates des fêtes bouddhistes sont  fixées selon le calendrier lunaire. Leurs dates changent donc chaque année !

Culturellement, les thaïlandais évitent de se trouver dans une situation inconfortable

En toute circonstance, ils s’efforcent de ne pas se trouver dans une situation embarrassante. Tenez en compte dans chacun de vos échanges avec eux. Le but est d’éviter au maximum les confrontations, et de ne pas créer des situations conflictuelles, pour eux, comme pour les autres (sauf lorsque c’est amusant de le faire (sà-nuk). Éviter d’aborder des sujets négatifs lors de vos échanges avec eux, ou d’avoir des opinions à l’européenne (trop tranchées), en prétendant avoir absolument raison. Pour les thaïlandais, accord et harmonie sont des qualités sociales très importantes. Ne portez pas de jugements de valeurs sur ce comportement qui, j’en convient, est parfois déconcertant pour beaucoup d’occidentaux, qui ont plutôt tendance à avoir des discussions animées et passionnées. Respectez cette façon d’être du thaïlandais, qui considère qu’élever la voix dans une discussion est impoli et inutile. Pour eux, perdre son sang froid, c’est perdre la face devant les personnes présentes. Offensés, ils pourraient réagir de façon extrême. 

Dans certaines circonstance, si vous êtes par exemple victime d’un léger accident sans conséquences, cela peut déclencher des rires de leur part. Ne vous vexer pas, ce n’est pas pour se moquer de vous, ni pour se réjouir… mais pour vous aider à sauver la face.

Sur le plan sécurité en Thaïlande, il y a peu de risques de vol ou d’agression.
– Attention quand même aux arnaques (tuk tuk ( prononcer touk touk) ou taxis qui vous démarchent dans la rue…).
– Faites preuve de respect envers la monarchie, la religion, les forces de l’ordre et les thaïs en général (sur notre groupe aussi, bien évidemment).
– Restez toujours calme, même si la situation est longue ou semble prend une tournure anormale. L’énervement peut faire perdre la face à votre interlocuteur, ce qui pourrait le mécontenter.

Deux qualificatifs, bien mérités, définissent parfaitement l’hospitalité du peuple thaïlandais

– « Terre des hommes libres »,

– « Royaume du Sourire ».

C’est le seul pays d’Asie du Sud-Est à n’avoir jamais été colonisé par les puissances européennes.

Monarchie constitutionnelle, le chef de l’État actuel est Sa Majesté le Roi Rama X. Un gouvernement, attaché aux valeurs monarchiques, gère les affaires du pays. Très attachés à leurs traditions, les thaïlandais sont fiers de leurs origines, et de leur monarchie.

La thailande historique et culturelle compte plus de 68 millions d’habitants. Bangkok, sa capitale (Krung Thep en thaï), avec plus de 19 millions de résidents (chiffre 2016), fait figure d’un véritable état dans l’état, offrant peu de similitude avec le reste du pays. Divisée en 4 régions naturelles (la plaine centrale et Bangkok ; le nord avec principalement Chiang Mai et Chiang Rai ; le Nord-Est ; et le Sud qui s’étend jusqu’à la frontière malaise, le royaume offre un véritable patchwork de villages, de rizières, de plantations et de forêts, de parcs nationaux et de plages. Sa beauté naturelle reste intacte. Elle resplendit à travers  ses temples, ses palais, ses joyaux architecturaux et historiques.

Un ROI, un PEUPLE, une NATION

La Thailande historique et culturelle se résume clairement en quelques mots, c'est un pays où les habitants vivent paisiblement

Le peuple thaïlandais voue depuis toujours une véritable vénération pour leurs Rois qui jouissent à leurs yeux d’une autorité morale acquise durant leurs règnes.
Souverain constitutionnel, le Roi est le chef de l’État et le protecteur des religions, et dans toute la Thaïlande, les façades des maisons, des bâtiments publics, des bureaux de ce pays bouddhiste à 95%, sont ornés de photographies du Roi en exercice. Les thaïlandais considèrent leur Roi comme un demi Dieu, et comme l’incarnation vivante des préceptes et vertus bouddhistes. Le royaume célèbre Chakri le 6 avril de chaque année. C’est le jour où sa Majesté le Roi Rama I de la dynastie Chakri” a été couronné le 6 avril 1782. La ville de Rattanakosin est alors la capitale du Royaume de Thaïlande. Chakri régna sous le nom de Ramathibodi. Il reçut à titre posthume le nom de Phutthayotfa Chulalok, mais il est généralement connu sous le nom de roi Rama I, premier roi de la dynastie des Chakri. Une de ses premières décisions fut de déplacer la capitale de l’autre côté de la rivière vers le village de Bang Makok (qui signifie «lieu des prunes d’olive », qui devint la ville de Bangkok. La nouvelle capitale était située sur l’île de Rattanakosin , protégée contre l’attaque par le fleuve à l’ouest et par une série de canaux au nord, à l’est et au sud. Le royaume du Siam a alors acquis à la fois sa dynastie actuelle, et sa capitale actuelle.

Le 6 avril est un jour férié en Thaïlande. Il est d’usage, ce jour là, que la famille royale organise une cérémonie religieuse dans la chapelle puis au panthéon royal, en hommage à ses aïeuls disparus. Le roi et ses proches vont ensuite déposer une couronne au pied de la statue du roi Rama 1er au Mémorial Bridge (Saphan Phout en thaï) où les attendent généralement une foule de fidèles thaïlandais présidée par des personnalités politiques et militaires et les principaux représentants de la société civile.

Sa Majesté le défunt roi RAMA IX BHUMIBOL ADULYADEJ (1950-2016).

Thailande historique et culturelle

Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej est né le 5 décembre 1927 à Cambridge, Massachusetts (USA). Il est fils de Son Altesse Mahidol Adulyadej, Prince de Songkhla, et de la Princesse Sri Sangwan.

Il retourna en Thaïlande lorsqu’il eut un an, en même temps que son frère aîné, le Prince héritier Ananda Mahidol. En 1933, la princesse mère s’établit à Lausanne (Suisse) en compagnie de ses trois enfants, les Princes Ananda et Bhumibol ainsi que leur sœur aînée, la Princesse Kayani Wathana.
Très cultivé, le Prince Bhumibol fit preuve d’une grande assiduité dans ses études et acquit une connaissance approfondie dans divers domaines artistiques, comme la musique et le dessin.

Après la tragique disparition, dans des conditions qui restèrent publiquement inexpliquées, de son frère le Roi Ananda Mahidol (connu des occidentaux sous le nom de règne de Rama VIII), le Prince Bhumibol Adulyadej est appelé pour lui succéder le 9 juin 1946. Il devient ainsi le neuvième souverain de la dynastie Chakri ( Dinastie qui administre le royaume depuis l’an 1782). Une courte période de régence s’instaura cependant, au cours de laquelle le nouveau roi, encore mineur, parachèvera ses études à l’étranger.

En 1950, il revint dans son pays pour conduire la cérémonie royale de crémation de son frère défunt. Puis le 28 avril 1950, il prend pour épouse la Princesse Sirikit Kitiyakorn, alors âgée de dix-sept ans, fille du Prince de Chantaburi. Enfin, le nouveau monarque accède au trône le 5 mai 1950.
Le couple royal eut quatre enfants, trois filles et un garçon, ainsi qu’il suit :
– La Princesse Ubon Rat Racha Kanya, née le 5 avril 1951.
– Le Prince (héritier) Wachiralongkorn, né le 28 juillet 1952.
– La Princesse Maha Chakri Sirindhorn, née le 2 avril 1955.
– La Princesse Chulaphorn Walay Lak, née le 4 juillet 1957.

Le Roi Bhumibol Adulyadej, dont les cérémonies du cinquantenaire de règne se sont déroulées avec faste en Thaïlande au cours de l’année 1996, est apparu aux yeux des thaïlandais comme le digne successeur des plus grands monarques de l’histoire de ce pays. Inlassable travailleur, il est à l’origine de tous les grands programmes de développement des régions défavorisées de Thaïlande, notamment dans le secteur de l’agriculture. C’est la raison pour laquelle il jouit de l’admiration et du respect de l’ensemble de la population, et que son prestige dépasse largement les frontières du pays.

“En dépit des pouvoirs limités que lui confère la Constitution, son autorité morale est telle que peu de décisions fondamentales peuvent être prises sans son assentiment”.

Par ailleurs, le Roi Bhumibol est grand amateur de photographie et de jazz. Musicien lui-même, il est considéré comme un excellent joueur de saxophone. Une compilation de ses œuvres musicales a été récemment enregistrée sur disque compact puis distribuée dans les établissements scolaires au profit de la formation artistique des jeunes écoliers thaïlandais.

Au cours de son règne, d’ores et déjà le plus long de l’histoire de la royauté thaï, le souverain actuel aura connu, avant la célébration de son jubilé, vingt et un Premiers ministres et plus d’une quinzaine de tentatives de coup d’État. Au-delà des difficultés que le Roi a su résoudre en grande partie grâce à ses qualités personnelles, il convient sans doute d’observer combien la monarchie thaïlandaise est garante de la pérennité politique, institutionnelle et religieuse de cette nation. Il décède le 13 octobre 2016 après 70 ans de règne.

Sa Majesté le Roi RAMA X – (1er décembre 2016 à ce jour)

Thailande historique et culturelle

Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun, né le 28 juillet 1952 à Bangkok, est roi de Thaïlande depuis le 1ᵉʳ décembre 2016 sous le nom de Rama X.

Le prince héritier Vajiralongkorn a officiellement été proclamé Roi RAMA X le mardi 1er décembre 2016, après la mort de son père, le défunt Roi Rama IX, décédé le 13 octobre 2016 après 70 ans de règne . La date de son couronnement n’est pas encore officiellement annoncé.

Après avoir passé près de deux mois d’interrègne royal, après le décès de son père le Roi Rama IX, le parlement intérimaire a nommé le le 10ème Roi de la dynastie Chakri, six jours avant un jour férié commémorant la naissance de son défunt père, qui était vénéré comme une figure paternelle nationale. Sa Majesté le Roi Vajiralongkorn est l’héritier désigné du défunt Roi depuis 1972.

A l’annonce faite, selon la constitution, par l’Assemblée législative nationale, les membres présents se levèrent alors et crièrent à l’unisson: «Vive le roi !

En tant que Roi, Sa Majesté le Roi Vajiralongkorn exerce son pouvoir royal en tant que monarque constitutionnel pour signer des lois, entendre des serments de fonctionnaires nouvellement nommés et représenter la Thaïlande en tant que chef d’État. Il est le souverain du gouvernement, du système judiciaire, de la bureaucratie et des forces armées de la Thaïlande.

Le Roi Vajiralongkorn s’abstient d’assumer la totalité des fonctions royales en tant que monarque de la dynastie Chakri jusqu’à son couronnement officiel, une cérémonie religieuse élaborée qui devrait avoir lieu prochainement (et qui ne pouvait avoir lieu avant la crémation de son défunt père, le Roi RAMA IX).

Photographies : Boonraw Brewery Co., Ltd. – Peintures de Chenwit Thongkaew / Anuwat Sutthimaitree. – (Illustré par Ise Ananphada).

Le drapeau national thaïlandais

Thailande historique et culturelle

Le peuple thaï a récemment fêté les 100 ans de son drapeau national, officialisé depuis le 28 septembre 1917 par le décret du Roi Rama VI. Il est incontestablement le symbole de cette Thailande historique et culturelle que nous aimons et respectant.

“A la différence des autres drapeaux des autres pays, celui de la Thaïlande possède un nom : Thong Trairong (ธงไตรรงค์), qui signifie tricolore”. Il est à la fois le drapeau civil, le pavillon D’État, le pavillon marchand et aussi le drapeau d’État du Royaume de Thaïlande.

Il a été officiellement adopté le 28 septembre 1917 par décret du roi Rama VI. La version actuelle du drapeau telle que nous la connaissons aujourd’hui est représentée par cinq bandes horizontales. Deux bandes rouges, deux bandes blanches et une bande bleue. La bande bleu est deux fois plus large que les autres bandes. La disposition par ordre des couleurs est la suivante : rouge, blanc, bleue, blanc et rouge.

Chaque couleur est une représentation d’une idée bien définie.
– Le rouge est ainsi une couleur attribuée à la nation. Mais quelque part, la couleur est aussi très répandue dans le pays et revêt aussi un sens culturel profond.
– La couleur blanche est une représentation de la foi et de la pureté de la croyance locale qui est le bouddhisme theravada. Encrée dans cette religion, la population locale pratique des rituels qui mettent en avant, parfois, l’utilisation de la couleur blanche. Cette couleur est le symbole de la pureté par excellence et est aussi très répandue dans la totalité des croyances réparties dans le monde entier.
– Le bleu quant à lui est la couleur de la monarchie. Le bleu est aussi la couleur de Rama VI, celui qui a joué un rôle important dans le Siam et dans la participation de ce dernier dans la première guerre mondiale aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne.
La couleur bleue est une marque de la solidarité après l’entrée de la Thaïlande dans la première guerre mondiale comme allié des deux pays. En effet, le bleu, tout en étant la couleur de Rama VI est aussi allié, par ses couleurs, à la France et à la Grande-Bretagne. Cette couleur est ainsi une alliance implicite avec ces deux pays et une preuve de l’unification de ces derniers par rapport à la participation de la Thailande durant la première guerre mondiale.

“Avant l’adoption du nouveau drapeau sous sa forme actuelle, le pays avait adopté d’autres drapeaux qui mettaient en avant des idées biens explicites”. A une certaine époque, la Thaïlande était connu sous le nom de Siam. C’était une appellation qui avait trouvé son origine par la transcription qu’avaient donné les Khmers au peuple thaï. Littéralement, Siam signifiait « sombre » qui faisait référence à la couleur de la peau de ses habitants. Le royaume de Siam a été fondé en 1350 par le Roi Ramathibodi I. En ces temps-là, le royaume n’avait pas encore adopté un drapeau bien déterminé. Au fil des siècles, les couleurs rouges et blanches étaient alors très utilisées.

De 1855 à 1916, le Siam adopte un drapeau. Il est de fond rouge avec un éléphant en marche, blanc, exposé au milieu de ce dernier. Il restera longtemps l’emblème du pays. L’éléphant blanc est alors le symbole de la monarchie et représentation de la richesse du pays.

De 1916 à 1917, le drapeau à éléphant est troqué par un nouveau drapeau qui est assez similaire à celui que nous connaissons aujourd’hui. Le drapeau reprend seulement la couleur blanche et la couleur rouge. La disposition des couleurs est la suivante : rouge, blanc, rouge, blanc, rouge. La bande rouge présente au milieu est deux fois plus large que les autres bandes.

Les pavillons adoptés par le pays reprennent aussi les couleurs du drapeau actuel mais avec la présence de quelques dessins qui les distinguent du drapeau officiel adopté par le pays en ce moment.

Le drapeau de la Thaïlande donc est à la fois le symbole du pays et un souvenir d’un accord passé fait avec d’autres pays (France et Grande-Bretagne). Il est aussi une représentation de la population locale et d’une idée commune qui fait de la Thaïlande un pays unique.

Source: https://www.facebook.com/groups/ObjectifThailande/

© objectifthailande.com