Commémoration de l'anniversaire de la mort de sa majesté le roi Rama IX

Commémoration de l’anniversaire de la mort de sa majesté le roi Rama 9 (2022)

1.5/5 - (69 votes)

Comme chaque année depuis sa disparition,

le royaume a commémoré l’anniversaire de la mort de sa majesté le roi Rama 9

 

Après la tragique disparition de de son frère, le Prince Bhumibol Adulyadej devient ainsi le Roi Rama IX, neuvième souverain de la dynastie Chakri

 

Le 13 Octobre 2021 marque la date du décès du Roi Bhumibol Adulyadej dont le nom de règne était Rama 9 et qui fut Roi de Thaïlande pendant 70 ans. Le gouvernement thaïlandais a désigné le 13 octobre comme jour férié.

 Né le 5 décembre 1927 à Cambridge, Massachusetts (USA), le Roi Rama 9 est le fils de Son Altesse Mahidol Adulyadej, Prince de Songkhla, et de la Princesse Sri Sangwan. Il retourna en Thaïlande lorsqu’il eut un an, en même temps que son frère aîné, le Prince héritier Ananda Mahidol. En 1933, la princesse mère s’établit à Lausanne (Suisse) en compagnie de ses trois enfants, les Princes Ananda et Bhumibol ainsi que leur sœur aînée, la Princesse Kayani Wathana. Très cultivé, le Prince Bhumibol fait déjà preuve d’une grande assiduité dans ses études et acquiert une connaissance approfondie dans divers domaines artistiques, comme la musique et le dessin.

Ce jour là, le peuple thaïlandais se vêtit de jaune. La couleur jaune, c’est celle de la monarchie, mais aussi celle qui permet au peuple thaïlandais de signifier son respect envers l’institution, mais aussi envers leur roi Rama. Le gouvernement invite tout le monde à porter du jaune et à faire du mérite le matin, pour marquer leur compassion avec la population reconnaissante. En 2017, la crémation organisée non loin du palais royal et du temple du Bouddha d’Émeraude, avait bouleversé toute la Thaïlande.  Postérieurement à la crémation, plusieurs dizaines de milliers de visiteurs thaïs, mais aussi étrangers, s’étaient rendu sur le lieu de la crémation. Devant l’impressionnante affluences de personnes venues lui rendre un dernier hommage funèbre, le crématorium avait d rester ouvert plusieurs jours après la cérémonie de crémation.

 

 

Décédé le 13 octobre 2016, le roi Rama IX est toujours la référence en Thaïlande

 

A Hua Hin, comme dans tout le royaume, la municipalité organise l’activité « Marcher ensemble avec cœur jusqu’à la maison du père », avec des représentants du gouvernement, de la municipalité de Hua Hin, le Centre de danses traditionnelles de Hua Hin/Pranburi, les fidèles, des agences gouvernementales et des secteurs privés, qui se sont unis pour tenir un portrait de Sa Majesté le Roi.

En qualité de membre actif du Centre de danses traditionnelles de Hua Hin/Pranburi, mon épouse et moi-même avons eu l’honneur de participer aux activités de mérite et de commémoration à l’occasion de l’anniversaire du décès de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej Maha Bhumibol Adulyadej le Grand, en souvenir de Sa Majesté le Roi.

Le 13 octobre vers 17 h 00, débute une procession au parc Pone Kingpetch (une marche depuis le parc Pone King Phet jusque devant le palais Wang Klai Kangwon, distance de 1,5 km).

 

 

A 18 h 30, face au palais Wang Klai Kangwon, l’activité « Tian Dance in Remembrance » a lieu avec divers hommages et activités, notamment le spectacle de danses traditionnelles à laquelle mon épouse a participé en tant que danseuse, et l’allumage de bougies en souvenir de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej devant le Palais Klai Kangwon avec M. Polkit Phuangvalaisin, chef du district de Hua Hin qui a présidé. La cérémonie a pris fin aux alentours de 20 h 00.

 

Roi Rama IX

 

 

 

Le Prince Bhumibol Adulyadej devient le Roi Rama 9

 

 

Le Roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej avait été couronné en 1950 sous le nom de Rama 9. La fin de ce règne interminable clôt un chapitre essentiel, dense et tumultueux, de l’histoire de la Thaïlande. L’écrasante majorité des 67 millions d’habitants du royaume n’avait jamais connu que lui. Monarque à l’effigie omniprésente, il était très affaibli et malade depuis des années, avant la disparition de la reine Elisabeth II, il est le roi qui a régné le plus longtemps au monde. À cette triste occasion, une période de deuil d’un an a été décrétée.

Même si l’on tient compte de l’histoire saccadée et chaotique d’un pays qui a connu son lot d’épisodes tragiques et de ruptures marquantes, la mort du Roi Rama IX est sans doute l’événement le plus important vécu par l’ancien royaume de Siam, depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Pourtant, l’histoire de ce monarque au visage compassé, à l’expression éternellement triste, fut peut-être aussi celle de « l’homme qui ne voulait pas être roi », pour paraphraser le titre du célèbre roman de Kipling : né le 5 décembre 1927 à Cambridge, dans L’État du Massachusetts (États-Unis), parce que son père, le prince Mahidol, poursuit ses études de médecine à Harvard, il accède au trône par hasard quand il doit prendre la succession de son frère Ananda. Ce dernier vient alors d’être tué au palais royal de Bangkok, lors d’un « accident ». Certains avancent que cet épisode aurait contribué à figer pour toujours le visage de ce roi très proche de son aîné en ce masque à l’expression détachée et lointaine.

 

Symbole de continuité

 

Auparavant, en 1933, Bhumibol avait suivi sa mère à Lausanne et fait ses études en Suisse, où il se fit remarquer surtout pour ses dons de musicien et de dessinateur. Il gardera toute sa vie une passion pour le jazz, la trompette et la clarinette. Sa période suisse, où le jeune prince s’amuse et sourit encore, sera notamment marquée par un sérieux accident lors d’une virée en voiture de sport sur les bords du lac Léman : le futur roi y perdra un œil. Il restera toute sa vie un parfait francophone : il y a encore une quinzaine d’années, installé sur un fauteuil dans son palais, il regardait tous les jours TV5, ignorant les chaînes de télévision anglo-saxonnes. S’il succède officiellement à son frère dès 1946, un régent assure la continuité du pouvoir royal. Le souverain ne revient en Thaïlande qu’en 1950, date à laquelle il est couronné après avoir épousé la princesse Sirikit Kitiyakorn, rencontrée à Paris, quand le père de cette dernière y était ambassadeur. Tous deux sont des descendants de Chulalongkorn, le grand roi Rama V : Bhumibol en est le petit-fils, Sirikit l’arrière-petite-fille.

 

Le couple royal eut quatre enfants, trois filles et un garçon:

  • La Princesse Ubon Rat Racha Kanya, née le 5 avril 1951;
  • Le Prince (héritier) Wachiralongkorn, né le 28 juillet 1952;
  • La Princesse Maha Chakri Sirindhorn, née le 2 avril 1955;
  • La Princesse Chulaphorn Walay Lak, née le 4 juillet 1957.

 

Le Roi RAMA 9  jouissait d’une popularité et d’un respect sans pareils. Le successeur de la dynastie Chakri, fondée en 1782, allait surprendre ceux qui, après son couronnement, voyaient seulement en lui un jeune homme timide peu intéressé par le trône : au sortir de la seconde guerre mondiale et de l’occupation japonaise, le jeune roi va graduellement étendre le domaine de son influence. Quand il monte sur le trône, il n’est encore que le souverain d’une monarchie constitutionnelle qui a du mal à se relever de sa perte de pouvoir causée par le premier coup D’État de 1932 : l’événement avait eu pour conséquence l’abolition de la monarchie absolue. Mais le monarque va s’employer graduellement à élargir le périmètre politique normalement dévolu à un roi qui règne mais ne gouverne pas, en intervenant dans l’arène politique, de façon parfois indirecte mais souvent décisive.

L’entourage royal, alors que le souverain n’est encore qu’un adolescent, s’était efforcé de « re sacraliser » l’image du roi de Thaïlande : on réinvente pour lui des rituels et un langage de cour, construisant l’icône rénovée d’un « Deva-Raj » (Roi-Dieu, dans la tradition hindoue) et surtout d’un « monarque généreux régnant selon les principes de la morale bouddhiste ».

Modernité oblige, on ne le dépouille pas pour autant de ses allures d’homme du XXe siècle : il se promène avec un appareil photo autour du cou et souffle toujours dans sa trompette lors des soirées au palais… Il est à la fois plus divinisé que ses prédécesseurs et plus proche du peuple, qu’il ne cesse de rencontrer lors de ses tournées dans le pays. Le Roi Rama 9 va devenir un symbole de continuité durant les périodes troublées où se succèdent les coups D’État militaires ; il incarne à lui seul son pays à l’heure où se forge une alliance étroite avec le grand allié américain, sur fond de guerre du Vietnam et d’obsession anticommuniste.

Au terme de plusieurs coups de force, les généraux finiront par refaire allégeance à une monarchie qu’ils avaient essayé de mettre sur la touche, après le coup D’État de 1932. Les militaires ont compris que cette nouvelle alliance est indispensable à la survie d’un système où la « Sainte-Trinité » (palais, armée et clergé bouddhiste) forme les trois piliers d’une architecture de pouvoir de type oligarchique. C’est le général Sarit Thanarat, auteur des putschs de 1957 et 1958, qui va sceller pour de bon la grande réconciliation entre le sabre et la couronne : au pouvoir jusqu’en 1963 et devenu maréchal, il estimera ainsi que, symboliquement, « le pouvoir émane du roi en descendant vers le peuple et non pas du peuple vers le roi ».

Au cours des coups d’état militaires, le roi Rama 9 a eu à l’égard des dictatures qui ont dirigé son pays durant des décennies un comportement ambivalent : en 1973 et 1992, il contribue sans conteste à faire chuter deux régimes militaires. L’image des deux protagonistes ennemis, le dictateur et le rebelle, agenouillés comme en pénitence devant le souverain qui les admoneste, restera l’un des temps forts de son règne. Réputé pour être profondément attaché au bien-être de son peuple, le Roi Rama 9 lui donnait, pour l’essentiel et en permanence, les signes d’une adoration non feinte. Le roi était sincèrement passionné par le développement rural et multipliait les visites dans les provinces, son éternel appareil photo autour du cou, vêtu d’une vareuse militaire. Sous son règne abondèrent de célèbres « projets royaux » dans les campagnes : pisciculture, fermes expérimentales, irrigation. Il s’employa à convaincre les paysans appartenant aux minorités des collines d’abandonner la culture de l’opium tandis que son épouse, la reine Sirikit, faisait l’article en faveur de l’artisanat « ethnique ».

Le Roi Roi Rama 9 Bhumibol Adulyadej, dont les cérémonies du cinquantenaire de règne se sont déroulées avec faste en Thaïlande au cours de l’année 1996, est toujours apparu aux yeux des thaïlandais comme le digne successeur des plus grands monarques de l’histoire de ce pays. Inlassable travailleur, il est à l’origine de tous les grands programmes de développement des régions défavorisées de Thaïlande, notamment dans le secteur de l’agriculture. C’est la raison pour laquelle il jouit de l’admiration et du respect de l’ensemble du peuple thaïlandais, et que son prestige dépasse largement les frontières du pays. Le peuple thaïlandais voue depuis toujours une véritable vénération pour leurs Rois qui jouissent à leurs yeux d’une autorité morale acquise durant leurs règnes.

Souverain constitutionnel, le Roi Rama 9, comme ses prédécesseurs, est le chef de l’État et le protecteur des religions. Depuis des décennies, dans toute le Royaume, les façades des maisons, des bâtiments publics, des bureaux de ce pays bouddhiste à 95%, sont ornés de photographies du Roi en exercice. Les thaïlandais considèrent leur Roi comme un demi Dieu, et comme l’incarnation vivante des préceptes et vertus bouddhistes. En dépit des pouvoirs limités que lui confère la Constitution, l’autorité morale du roi en exercice est telle que peu de décisions fondamentales peuvent être prises sans son assentiment.

Par ailleurs, le Roi Rama 9 était un grand amateur de photographie et de jazz. Musicien lui-même, il était aussi considéré comme un excellent joueur de saxophone. À sa demande, une compilation de ses œuvres musicales a été enregistrée sur disque compact pour être distribuée dans les établissements scolaires au profit de la formation artistique des jeunes écoliers thaïlandais. Au cours de son règne, d’ores et déjà le plus long de l’histoire de la royauté thaï, le Roi Rama 9 aura connu, avant la célébration de son jubilé, vingt et un Premiers ministres et plus d’une quinzaine de tentatives de coup d’État. Au-delà des difficultés que le Roi a su résoudre en grande partie grâce à ses qualités personnelles, il convient sans doute d’observer combien la monarchie thaïlandaise est garante de la pérennité politique, institutionnelle et religieuse de cette nation.

À l’annonce de la mort du Roi Rama 9, le jeudi 13 octobre 2016, toutes les chaînes de Thaïlande émettent en noir et blanc. Elles y sont invitées pour un mois et la plupart des programmes sont suspendus. Le deuil national est décrété pour un an et le gouvernement demande au secteur du divertissement, dont les bars de nuit si prisés des touristes, de cesser toute activité ce mois-là. Le peuple thaï est ému, inquiet. En plus de 70 ans de règne, le roi Rama IX avait apaisé de nombreuses crises dans le pays. Pour tous, les royalistes comme les autres, il représentait l’unité de la nation.  « Je me sens perdue, je ne sais pas quoi dire, c’est comme si mon cœur avait été transpercé par un couteau », se lamente alors une grande majorité de thaïlandais.

Cette année, le 21 octobre marquera également la fin du carême des pluies (connu aussi sous le nom de carême bouddhiste). Également appelé Wan Ok Pansa, l’événement est célébré la nuit de la pleine lune du onzième mois lunaire de l’année. L’événement marque également la fin «officielle» de la saison des pluies, même si les conditions météorologiques ne coopèrent pas nécessairement. Le lendemain, Thod Kathin, qui présente chaque année de nouvelles robes propres à des moines.

Lire : Wan Ok Pansa en Thaïlande .

Un grand nombre de laïcs se rassembleront dans leurs temples locaux pour rendre hommage, célébrer la cérémonie de Tak Bat Dhevo et placer du riz cuit à la vapeur enveloppé dans des feuilles de palmier à la noix de coco, appelé «kao tom hang», dans des bols de moines. D’autres cérémonies religieuses auront également lieu dans les temples locaux.

Lire aussi : Dynastie Chakri, le fabuleux destin des rois de Thaïlande

>>> Rejoignez notre forum Facebook

 

J’espère que cet article vous a plu, si c’est le cas laissez un message, et partagez le avec vos amis. Les liens de partage sont dans l’article.

Ne partez pas si vite ! Rejoignez notre communauté, abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire. C’est simple, et, surtout 📷100% Zéro Spam.

TRANSFÉRER DE L’ARGENT VERS LA THAÏLANDE A MOINDRE FRAIS ET EN TOUTE SÉCURITÉ … ET AU MEILLEUR TAUX DE CHANGE

(Réserver votre hôtel de quatorzaine en évitant les frais liés à votre carte bancaire habituelle, régler votre visa Élite, transférer de l’argent mensuellement pour vivre en Thaïlande (expatriation), etc.)
Je vous le recommande: Utiliser Wise pour envoyer de l’argent vers la Thaïlande avec les frais les plus compétitifs et le taux de change le plus élevé.
Par exemple : Si vous vous expatriez, je vous recommande de conserver un compte dans votre pays d’origine pour percevoir votre pension de retraite, et d’utiliser Wise pour vos transferts mensuel au meilleur taux et à moindre frais. TransferWise permet d’obtenir également une MasterCard gratuite (Très utile aussi pour payer en bahts en Thaïlande sans frais de change et sans commission).
La majorité des expatriés utilisent déjà Wise !
Wise permet de maîtriser les taux de change et de gagner du pouvoir d’achat. Avec TransferWise c’est vous qui choisissez le meilleur jour et le meilleur taux pour faire un transfert sur (ou vers) votre compte thaï. Vous éviterez ainsi les frais de transfert important de votre banque française.
En résumé:
1.Vous faites un virement en euros de votre banque française sur votre compte Wise (pas de frais de votre banque pour les transfert entre pays européen),
2.Ensuite vous convertissez vos euros en bahts sur Wise (sur votre balance en bahts) au moment le plus favorable, pour ensuite les transférer à moindre frais sur votre compte thaï, ou pour régler votre hôtel par virement bancaire (ou avec votre MasterCard gratuite, sans frais de conversion et sans frais de banque).
Voici un lien de parrainage pour en savoir plus et utiliser Wise, comme la majorité des expatriés: En cliquant sur ce lien vous soutenez le site non commercial
Conformément aux dispositions de la nouvelle réglementation européenne en matière de vie privée entrée en vigueur le 25 mai 2018 (RGPD), l’éditeur du site objectifthailande.com a fait l’objet d’une déclaration normale à la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) enregistrée sous le n° 2184113v0 le 17 mai 2018.

Tous droits réservés www.objectifthailande.com

More 144 posts in Blog category
Recommended for you
Où fêter Nouvel an 2023 en Thaïlande - New Year in Thailand
Où fêter Nouvel an 2023 en Thaïlande – New Year in Thailand

Les festivités du Nouvel An 2023 en Thaïlande Ce n’est que depuis 1941, sous le règne de sa majesté le…