création d'une entreprise en Thailande

création d’une entreprise en Thailande

création d’une entreprise en Thailande
Rate this post

La création d’une entreprise en Thaïlande n’est pas vraiment facile

En qualité d’étranger, pour la création d’une entreprise en Thailande, vous ne pourrez détenir au grand maximum que 49% des parts. Vos actionnaires seront donc obligatoirement majoritaires puisqu’ils en détiendront les 51 restants. Votre Limited Company thaïlandaise (SARL) devra compter au minimum 3 associés, dont l’associé thaïlandais majoritaire.

Le coût de la création d’une entreprise SARL est loin d’être négligeable

création d'une entreprise en Thailande

Pour une SARL, prévoyez un capital minimum de 2 millions de bahts pour le “work permit”. Auxquels il faudra ajouter 30 000 bahts de frais pour l’indispensable avocat qui se chargera d’enregistrer le nom de votre  société, rédigera ses statuts, etc.  Mieux vaut prévoir d’avance le nom de votre société ainsi que son logo, afin de les enregistrer dans les meilleurs délais. Trois 3 noms différents pour votre entreprise ne seront pas de trop,  au cas où l’un d’entre eux serait déjà utilisé.

Le tampon n’est pas un gadget

Un logo est indispensable, c’est lui qui vous permettra de créer le tampon de votre entreprise. Il est obligatoire dès lors que vous signez un document officiel. Vous devez l’apposer, sous peine de nullité du document en question. Comptez aussi environ 15 000 bahts de frais d’avocat pour l’obtention du work Permit (permis de travail).

Domicilier votre entreprise

Vous êtes locataire, et que vous envisagez de domicilier l’entreprise à votre domicile, n’oubliez pas de solliciter l’accord « écrit » de votre propriétaire. Si vous louez des locaux, vous aurez bien évidemment un loyer et des charges à acquitter.

Ne faites surtout pas l’économie d’un comptable, le plan comptable thaïlandais est bien plus compliqué que le plan comptable français.

Évitez d’être hors la loi

Des personnes peu scrupuleuses vous proposeront une pratique courante en Thailande, pour contourner la loi sur la création d’une entreprise en société : 

« La pratique courante de “l’homme de paille thaïlandais détenant les 51 % restants est courante ».

Cette pratique est totalement illégale. Ne succombez pas à la tentation !

De nombreux escrocs ont élus domicile sur le web (Facebook, Youtube, Twitter et autres réseaux sociaux), pour vous proposer leur service. Les mêmes vous proposent de vous faciliter l’ouverture d’un compte bancaire dans une banque thaï, de vous obtenir le visa adéquat, le work permit, etc.

Ces offres de services hors la loi proviennent souvent de non thaï, contrairement à ce que vous pourriez-penser. Ne vous fiez pas aux apparences et ne commettez pas cette erreur, prenez un avocat spécialisé.   

Quelle solution est légale ?

L’obligation de disposer d’un capital limité à 49%, pour certaines activités réservées peut être levée grâce à l’acquisition d’une Alien Business Licence, mais le processus d’obtention est lent et surtout incertain. Elle n’est pas adaptée aux petites et moyennes entreprises, et requiert elle aussi l’intervention d’un avocat spécialisé.

notre recommandation

Prenez un avocat et faites-vous accompagner de la Chambre de Commerce Franco-Thaïlandaise : http://www.francothaicc.com/ 

Adresse : Franco-Thai Chamber of Commerce (FTCC), 5th Floor, Kian Gwan House III, 152 Wireless Rd., Lumpini, Pathumwan, Bangkok 10330 THAILAND

Pour une première approche, lisez ce document de la Chambre de commerce Franco-Thai : DOCUMENT

Apprenez à manager vos employés thaïlandais

Manager efficacement du personnel thaïlandais demande un minimum de compréhension… et d’efforts. C’est pourtant indispensable si vous souhaitez réussir dans les affaires. Comprendre les différences culturelles est indispendable.

La hiérarchie façon thaï

création d'une entreprise en Thailande

Pour un thaïlandais, communiquer avec son supérieur hiérarchique, c’est comme s’adresser à son Président Directeur Général en Europe.  

En France par exemple, votre supérieur hiérarchique use généralement de son autorité en vertu des règlements de son entreprise. En Thaïlande c’est complétement différent, le chef d’entreprise n’est reconnu de ses employés  que si il sait montrer de l’intérêt pour eux, et créer des relations personnelles avec eux. Comme l’explique Patara Yonvanich, managing director chez SAP, «en Thaïlande, les gens ne s’intéressent pas à ce que vous savez tant qu’ils ne savent pas si vous vous intéressez à eux.»

Communiquer avec ses employés thai

Communiquez avec respect et politesse. En Thaïlande, l’arrogance n’a pas sa place. Ne soyez pas trop direct avec vos employés, vous n’êtes pas en France.

Gardez toujours à l’esprit qu’un thaïlandais vous dira rarement non, et qu’un sourire ou un oui ne signifie pas forcément qu’il est d’accord, ou qu’il a obligatoirement compris. N’hésiter à expliquer ; ou à réexpliquer patiemment et avec respect. Évitez les reproches, surtout en public. Préférez régler vos éventuels conflits sans témoins, avec tacts, et sans perdre votre sang froid.

Construisez des relations personnelles évite le turnover

Les Thaïlandais accordent davantage de valeur à la qualité des relations de travail que les occidentaux, leur motivation passe bien plus par les relations personnelles que par les promesses d’évolution de carrière ou d’augmentation de salaire. Ils attachent beaucoup d’importance que nous à l’ambiance qui règne sur leur lieu de travail. Leurs collègues sont « presque » vus comme de la famille élargie. Le taux de chômage étant très bas, ils n’hésiteront pas, sans prévis, à changer d’employeur, d’autant plus qu’ils peuvent souvent compter sur le soutien de leur famille pendant les périodes de recherche d’emploi.

Pour approfondir votre besoin d’information: http://www.1-2-win.net/

Le DVD “A Toolbox for Foreigners & Thais to work effectively together” (en anglais) peut être acheté auprès des Chambres de Commerce française, néerlandaise et belgo-luxembourgeoise.

Principales sources :

http://www.gavroche-thailande.com/

http://www.francothaicc.com/

Crédit photos : pxhere.com